Minimiser Cyclones
« Retour

Cyclones

Cyclones

Les cyclones tropicaux sont des phénomènes météorologiques qui se forment au-dessus de l'océan par la libération d'énergie générée par l'évaporation et la saturation de l'eau à la surface de l'océan. Ce processus entraîne des pluies abondantes et des vents forts, et lorsque ces orages approchent les terres, ils peuvent causer des dommages et des inondations dans les zones habitées. 20% des activations de la Charte sont le résultat de cyclones tropicaux.

Les tempêtes sont mentionnées avec des termes différents selon l'endroit où elles proviennent.

  • Les tempêtes qui se forment dans les océans Atlantique et nord-est du Pacifique sont appelées ouragans-ces derniers affectent souvent la région des Caraïbes et la côte est de l'Amérique du Nord et centrale. La majorité des ouragans se produisent du 1er juin au 30 novembre, bien qu'il y ait de rares cas où les orages se forment en dehors de cette période.
  • Les tempêtes qui se forment dans les océans Indien et du Pacifique Sud sont appelées cyclones-celles-ci affectent souvent les îles de la région, le Bangladesh et le Sri Lanka. Les cyclones se produisent le plus fréquemment d'octobre à mai.
  • Les tempêtes qui se forment dans le nord-ouest de l'océan Pacifique sont appelées typhons-ces derniers affectent souvent les Philippines et d'autres îles dans la région, mais quelques tempêtes atteignent occasionnellement le Japon et la Chine. Les typhons surviennent tout au long de l'année.

Les systèmes météorologiques qui s'intensifient suffisamment pour devenir des cyclones tropicaux sont nommés par des centres météorologiques désignés, et ces noms alternent entre hommes et femmes par ordre alphabétique. Dans la saison des ouragans 2018 pour l'Atlantique, par exemple, ces noms commenceront par: Alberto, Beryl, Chris et Debby.

La force des cyclones tropicaux est classifiée à différentes échelles selon la région, dont un exemple est l'échelle Saffir-Simpson qui classifie les ouragans. Elle utilise cinq niveaux pour indiquer l'intensité du vent dans la tempête, la catégorie 5 étant la plus forte; une tempête qui dépasse 252 km/h. D'autres régions classifient également les orages par l'intensité du vent et utilisent des échelles allant de cinq à sept catégories.

Les observations depuis l'espace ont été utilisées pour surveiller les cyclones tropicaux depuis les années 1960, et avec des décennies d'expérience et d'étude, les scientifiques peuvent utiliser les données spatiales pour suivre la formation et le progrès des tempêtes. Le satellite peut être utilisé pour révéler des changements dans la structure de la tempête, la vitesse du vent et les schémas des nuages autour de l'œil; l'intensité peut également être observée dans l'effet sur les ondes autour de la tempête et les données peuvent être utilisées pour mesurer la température de l'eau et la hauteur de la surface de la mer. L'imagerie optique et radar peut également être utilisée à la suite d'un cyclone tropical pour évaluer la situation sur le terrain, en fournissant des informations clés aux premiers intervenants.

Cyclone Debbie

Product Examples

Évaluation des dommages causés à l'est de Nuku-alofa, île de Tongatapu

Acquired: Pleiades: 15/02/2018
WorldView-3: 12/01/2018
Source: Pleiades / WorldView-3

Pleiades © CNES (2018) - Distribution: Airbus Defence and Space, tous droits réservés
WorldView-3 © DigitalGlobe Inc.
Carte produite par UNITAR/UNOSAT

Comparaison de la Dominique avant et après l'ouragan Maria

Acquired: Pré-catastrophe: 25/01/2017
Post-catastrophe: 21/09/2017
Source: Resurs-P

Resurs-P © ROSCOSMOS (2017) - Tous droits réservés
Carte produite par ROSCOSMOS

Minimiser Affichage de contenus web
Browse full activation archive